Cl'eo, Veille technologique Transports et Mobilité
Editorial

Bertrand Hauet - Renault Motoriste de formation, Bertrand Hauet a été à l'origine de nombreux dépôts de brevets, notamment sur les moteurs essence à injection directe, qui ont conduit à la mise sur le marché du moteur IDE (Injection Directe Essence) de Renault. Il est aujourd'hui directeur délégué aux partenariats scientifiques, au sein du Secrétariat général de la recherche du groupe Renault. Son rôle est de faire l'interface entre Renault et les pôles de compétitivité, le Predit, les groupes opérationnels de montage de dossiers et de projets tels que VeDeCoM.
Il est également pilote du domaine d'activité stratégique (DAS) Chaînes de traction thermiques (CTT) du pôle Mov'eo.

D'après vous, quel est le rôle d'un pôle de compétitivité ?

Les pôles de compétitivité génèrent des opportunités d'échanges entre personnes provenant d'horizons différents (industriels, PME, laboratoires dans un même lieu. Ce sont des moments privilégiés qui ouvrent l'esprit et permettent de se donner un temps de réflexion. Parler, connaître, comprendre... Cette expérience humaine, très riche techniquement, facilite la mise en place de partenariats efficients.
A l'heure actuelle, la complexité et la diversité des besoins ne nous permettent plus d'agir seuls ; nous sommes perpétuellement à la recherche de nouvelles compétences. Nous avons besoin de partager et de collaborer, de mener des projets en commun.

Ainsi, dans notre DAS, une de nos grandes ambitions est de créer et de faire vivre une plateforme collaborative, à destination des membres de Mov'eo et des porteurs de projets, au service de la compétitivité des partenaires. Aujourd'hui, l'une de nos préoccupations majeures est de préparer le futur cycle WLTP (Worldwide Harmonised Light Vehicles Test Procedures - 2014) :
anticiper les impacts sur les motorisations et les systèmes de post-traitement, orienter nos choix technologiques et concentrer nos efforts sur les solutions les plus prometteuses, préparer l'arrivée de différents types de carburants...
Enfin, nous contribuons à soutenir et à accompagner l'innovation, ce qui représente le coeur de notre activité. Néanmoins, nous avons constaté, cette année, un certain ralentissement du nombre de projets en cours, qui s'explique de plusieurs façons : le montage des dossiers des projets d'Investissement d'avenir, qui monopolisent les équipes amont, mais aussi la concurrence des mutations technologiques (l'électrification notamment) qu'il est nécessaire d'accompagner, et qui nécessitent un effort ponctuel conséquent.
Néanmoins, nous conservons pour les chaînes de traction thermique, un bon volume d'activité sur des projets de type ANR (projets présentant une typologie plus centrée sur la connaissance de la physique et sur les outils), avec un taux de succès intéressant pour les projets labellisés par Mov'eo (environ 40% des projets présentés à l'ANR sont financés).

Votre domaine est en pleine mutation ?

Oui, la diversification des énergies, l'électrification des fonctions, l'ingénierie numérique... Ce sont de belles opportunités d'évolution : diversité de travail, possibilité d'investiguer plus avant. Il y a une infinité de combinaisons possibles, un gros travail d'optimisation à faire.
De nouvelles voies s'ouvrent, qui viennent compléter et enrichir le métier traditionnel.

Ces dernières années, des progrès significatifs ont été accomplis, notamment grâce à un premier virage réussi avec le passage à l'injection électronique, les calculateurs de pilotage... « Je reste persuadé que l'on saura s'adapter » ; ce sont les mêmes métiers qui vont évoluer et s'enrichir de façon passionnante (les mêmes fondamentaux restent cependant à maîtriser).

Parmi ces évolutions, voici quelques pistes à suivre : gestion et valorisation de l'énergie thermique, système de stockage, récupération d'énergie, ingénierie numérique, outils de simulation... qui sont autant d'opportunités d'élargissement des domaines de nos activités.

D'après vous, il y aurait des opportunités pour les PME ?

Oui. S'il est vrai qu'en règle générale l'activité traditionnelle sur les chaînes de traction thermique engage souvent des moyens lourds, grâce à la diversification des domaines de nos activités (multiplication des sources d'énergie par exemple), de nouvelles voies sont possibles. Dans les domaines traditionnels comme dans les nouveaux domaines, les ouvertures pour les PME sont réelles, du fait même de leur réactivité et de leur indépendance des cycles de développements lourds. L'évolution des produits et la diversité sont des coups d'accélérateurs qui ouvrent le champ aux PME.

Le pôle Mov'eo peut aider les PME à s'insérer dans cette accélération, les laboratoires aussi : le pôle dans son rôle de prospective technique, et les laboratoires pour apporter la rapidité dans la montée en compétences sur les nouveaux besoins identifiés. Faire de la veille collaborative et partagée au sein des DAS, cela permet également d'anticiper, d'avoir une vision globale des évolutions technologiques et des normes à venir.

Vous-même, vous faites de la veille ?

De manière informelle. En réalité, la veille se fait dans notre DAS, par le temps passé à échanger sur des sujets techniques d'actualité. Cela constitue d'ailleurs un des temps forts de la vie du DAS. Le plus important est de bien trier l'information, c'est une vraie plus-value, que l'on réalise collectivement dans nos comités de pilotage, et c'est très utile à tous.

Un dernier mot pour les PME qui nous lisent?

Ayez une démarche proactive, soyez force de propositions !

Retour liste
Symposium & Expo EVS32 : les pôles exposent ensemble

L'édition 2019 de cet événement international sur les véhicules électriques se déroulera à Lyon du 19 au 22 mai 2019.

Les pôles auto seront présents sur l'espace Clusters aux côtés d'adhérents pour présenter leurs innovations : Institut VEDECOM, Gaussin Manugistique, ID4Cable (Delta Composants, Bretagne Ateliers, Sarr, Techno MAP) et TYGA.

N'hésitez pas à nous rendre visite !

Liens partenaires
© Pôle Mov'eo • Conditions générales d'utilisation